Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

Extrait de Par-delà le bien et le mal, écrit par Nietzsche - La volonté de puissance et l'éternel retour

Par-dela-bien-et-mal-nietzsche.jpgEt savez-vous bien ce qu’est le monde pour moi ? Voulez-vous que je vous le montre dans un miroir ? Ce monde : un monstre de force, dure comme l’airain, qui n’augmente ni ne diminue, qui ne s’use pas mais se transforme, dont la totalité est une grandeur invariable, une économie où il n’y a ni dépense ni perte ; mais pas d’accroissement non plus ni de recette…Voilà mon univers dionysiaque qui se crée et se détruit éternellement lui-même, ce monde mystérieux des voluptés doubles, voilà mon au-delà du bien et du mal, sans but, à moins que le bonheur d’avoir accompli le cycle ne soit un but, sans vouloir, à moins qu’un anneau n’ait la bonne volonté de tourner éternellement sur soi-même et rien que pour soi, dans son propre arbitre. Cet univers qui est le mien, qui donc est assez lucide pour le voir sans souhaiter de perdre la vue ? Assez fort pour exposer son âme à ce miroir ? Pour opposer son propre miroir au miroir de Dionysos ? Et celui qui en serait capable, ne devrait-il pas faire plus encore ? Se fiancer au cycle des cycles ? Jurer son propre retour ? Accepter le cycle où éternellement il se bénira lui-même, s’affirmera lui-même ? Avec la volonté de vouloir toute chose de nouveau ?

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article