Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chemins de la culture

Philosophie, économie, politique, littérature, la culture rendue accessible à tous

L'à priori précède l'expérience...à moins qu'il n'en soit le résultat ?

A-priori.jpgL'à priori précède l'expérience dans une suite logique, et il lui est indépendant. A priori n'induit pas que les sens confirmeront ce qu'il dit. A moins qu'aucun à priori ne puisse exister sans expérience sensible, que toute production de l'esprit n'échappe pas aux sens. C'est ce que pensent les empiristes pour qui le sensible précède l'entendement pour toute prise de connaissance. Peut-être ont-ils raison, mais Leibniz leur rétorque la proposition suivante : l'esprit lui-même existe bien avant toute expérience. Les matérialistes s'accordent avec cette proposition en estimant que l'esprit est avant tout une fonction du cerveau qui ensuite est exploitée en s'appuyant sur l'expérience sensible. Admettons dans ce cas que l'esprit puisse s'exonérer de toute expérience sensible et produire ce que l'on nommerait de l'à priori. Mais alors ce résultat serait lié à une activité du cerveau agissant par lui-même, soit le fruit de ce qui nous est donné naturellement. Autrement dit, cette manifestation de l'esprit serait innée, ce qui n'est pas de l'à priori, car nous l'avons dit, celui-ci s'inscrit dans un raisonnement, dans une démarche logique, alors que l'inné est factuel : c'est l'ensemble des facultés qui nous sont données. L'inné ne s'acquiert pas, l'à priori oui.

Existe-t-il donc un instant pendant lequel l'esprit fonctionne par lui-même, avant que d'exploiter ou non ce que les sens recoivent ? La seule qui soit certaine, c'est que l'on peut penser l'à priori. Par contre, le doute demeure quant à connaître son origine.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article